5 conseils pour vaincre la procrastination !

La procrastination est un mot qui fait peur à pas mal de personnes. C’est le fait de remettre une action au lendemain/à plus tard de manière régulière et habituelle. En d’autres termes, la procrastination, c’est quand nous avons un objectif qu’on n’arrive pas à remplir et qu’on fait autre chose à la place.

Exemple : Typiquement, la procrastination est le fait de devoir travailler sur un cours, alors que nous jouons aux jeux vidéos toute la soirée. C’est aussi le fait de se promettre au nouvel an de perdre 10 kg et de continuer à mal manger et à ne pas faire de sport. 

Mais pourquoi ce mot est-il donc tant en vogue ? Et pourquoi est-il si difficile d’y faire face ? D’autant plus que dans notre monde moderne actuelle, le concept s’amplifie avec l’essor des réseaux sociaux.

Exemple : Rien qu’une notification Facebook perturbe une tâche. 

Comment vaincre la procrastination ? Question difficile, mais nous allons tenter d’éclaircir le sujet avec des pistes de solution. C’est parti !

1.La théorie de l’éléphant et de la fourmi :

La peur de s’affronter à de grandes choses nous coupe l’énergie et la dynamique. Le problème est de se mettre à la tâche. En réalité, il n’existe pas de tâches suffisamment grandes, il existe juste un manque de découpage d’objectifs adéquats pour atteindre la tâche.  Tout est susceptible de se réduire.

Exemple : Si on veut grimper le Mont-Blanc, ce sera difficile si nous sommes pas entraînés. En revanche, il sera plus facile de se dire qu’on va faire une randonnée chaque weekend dans quelques montagnes moins ardues pour être prêt dans 12 mois. L’enchaînement de petites tâches permettra d’atteindre la tâche principale. 

Exemple bis : On veut devenir un grand cuisinier. Pour cela, il vaudrait mieux commencer à se dire qu’on va réaliser 3 nouveaux plats par semaine et faire le point chaque mois sur les avancées. Petit à petit, l’expérience acquise permettra de franchir les étapes. 

Tentons donc d’aborder les objectifs ambitieux en petites délicinaisons. 

2. Le repos comme solution :

Le cerveau humain n’est pas prêt pour des objectifs ambitieux et éloignés. D’autant plus que la fatigue cérébrale est plus importante aujourd’hui qu’avant avec des stimulations permanentes. Ainsi, nous retenons que très peu toutes les informations que nous recevons.

Exemple : Si vous lisez, regardez Facebook et écoutez la télé, vous allez retenir…. pas grand chose ! En revanche, si vous lisez uniquement dans un espace clos sans distraction, la probabilité de retenir votre lecture augmentera considérablement. 

Par ailleurs, nous pouvons accéder à tout contenu d’un seul clic via « Youtube, Wikipedia, médias… » et de manière rapide en switchant rapidement entre différents sites web. Ainsi, qu’on nous effectuons une tâche longue et compliquée, le cerveau aura davantage de mal à trouver la ressource pour se concentrer. 

La solution consiste simplement à reposer en coupant tout stimuli. 

3. Accepter la procrastination pour la vaincre :

Il est nécessaire d’accepter une certaine part de procrastination. Les personnes sont  généralement exigeantes envers elles-mêmes et se dévalorisent dès qu’elles ne font rien ou pensent gaspiller du temps. Il est normal suivant son rythme biologique de ne pas trouver la force ou la motivation à certaines heures de la journée. D’autant plus que notre cerveau a besoin justement de temps de repos.

Il ne faut donc pas lutter contre la procrastination, mais l’accepter intelligemment en se connaissant mieux. La procrastination peut-être votre amie.

Exemple : Si vous vous sentez bien le matin ou le soir, alors préférez ces heures-ci pour atteindre vos objectifs. Si vous êtes sollicités en permanence durant l’après-midi, alors prenez-le en compte et arrangez-vous en ce sens pour reporter certaines tâches au soir ou au matin. 

Il est important de prioriser les activités. 

4. Faire un modèle de « Brooke » :

Le modèle de Brooke que j’ai découvert grâce au Podcast : Outils pour l’esprit est un modèle en 5 lignes qui permet d’articuler :

  1. Les circonstances qui nous entourent,
  2. La pensée autour des circonstances,
  3. L’émotion que la pensée fait naître en nous,
  4. L’action qu’on entreprend sur la base de l’émotion,
  5. Le résultat de l’action.

La procrastination qui est une action vient donc d’une émotion et d’une pensée en nous qui nous pousse à remettre à plus tard l’action choisie. L’idée est donc de travailler sur ses pensées pour pouvoir agir sur ses émotions et donc sur ses actions. 

On est responsable de sa procrastination et donc, nous avons un pouvoir de changer. 

Exemple : Je ne veux pas faire mes devoirs et je préfère jouer aux jeux vidéos. Si on reprend le modèle de « Brooke », une pensée alternative pourrait-être ke plaisir de jouer aux jeux vidéo quand j’ai fini quelques exercices. Ou encore, si vous n’arrivez pas à perdre du poids, cela pourrait-être de prendre du plaisir de courir chaque soir 3km avant de manger une salade et un petit gâteau bien mérités.

L’important est de partir de la source, à savoir nos pensées.

5. Trouver des intérêts passionnants :

Quand les personnes agissent avec passion dans un sujet, elles ne se rendent pas compte du temps qui passe. Le cerveau humain a tendance à favoriser les actions qui ont des résultats immédiats avec un coût éloigné dans le temps au contraire d’un coût immédiat pour un résultat sur le long terme.

Exemple : Le cerveau préfère Facebook plutôt que de s’entrainer à une course, mais il n’aimera pas réviser un cours pour un partiel qui aura lieu dans un mois. 

Ainsi, il est nécessaire de concilier un intérêt fort dans un sujet en connaissance de ce facteur du cerveau humain. Il est donc primordial d’avoir une motivation forte dans l’activité et ainsi de se poser les bonnes questions :

  1. En quoi cette activité est importante pour moi ?
  2. Est-ce que je dois le faire car les autres le font et que je suis un mouvement ?
  3. Quelle est mon intuition, mon inclination ?

Exemple : Si vous devez réviser pour passer un partiel, cette activité si pénible qu’elle soit est importante pour votre réussite universitaire et professionnelle. Il est donc important de pouvoir se convaincre sois-même du bien fondé et de la pertinence de son action. 

Conclusion :

Pour conclure, la procrastination est mot à la mode dans un monde moderne qui nous assène de stimulations au quotidien. Il est donc nécessaire avant d’agir de prendre le temps de la réflexion sur soi, de se connaître. Accepter la procrastination est la première étape pour la vaincre.

Source : 

Podcast : Outils pour l’Esprit: Change ma vie

Podcast : Entiende Tu Mente : Entiende tu mente Podcast – 20 minutos para entenderTE mejor

5 conseils pour vaincre la procrastination !

The following two tabs change content below.
b699370ab5261fc7ac0c1e8b7f5da2e5?s=80&d=mm&r=g - 5 conseils pour vaincre la procrastination !
Robin : Communiquant sur l'Europe, je pratique la photographie, le sport et je suis passionné par le développement personnel.

One Reply to “5 conseils pour vaincre la procrastination !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Visit Us On FacebookVisit Us On Instagram