5 qualités des introvertis ! A ne pas confondre avec la timidité

Pushingyourselfto thelimit isworth it. - 5 qualités des  introvertis ! A ne pas confondre avec la timidité

Avez-vous déjà entendu parler des introvertis ? Du fait d’être réservé ? De réfléchir avant d’agir ? Est-ce pour vous la même chose que la timidité ? Comme une forme d’inhibition sociale qui nous empêche de mener une action ? La différence entre l’introversion et la timidité est réelle. Si la deuxième concerne la peur de l’autre, voire une phobie sociale, la première est davantage liée à la sélection des personnes et au contrôle des stimulations.

En effet, nous allons le voir dans la précision de 5 facteurs clés. Mais en résumé, les personnes introverties nécessitent une connexion avec eux-mêmes et ont besoin de recharger les batteries entre différentes activités sociales.

La notion a d’ailleurs été « inventée » par le psychiatre Suisse Carl Gustav Jung. C’est également une dimension importante du test de personnalité de Myers Briggs que je vous invite à découvrir.

http://robinalves.fr/2018/05/16/tu-veux-comprendre-le-mbti-cet-article-est-pour-toi/

1. Les introvertis ont une bonne capacité d’écoute

Tout d’abord, les personnes introverties à la différence des personnes extraverties, portent un fort intérêt à autrui. Elles ont une grande capacité d’écoute et apprécient les discussions en tête à tête.

Cela leur permet d’attirer de la confiance et de la sympathie et d’être pris au sérieux. Elles peuvent également rebondir avec des questions pertinentes et recueillir de précieuses informations qui les amèneront ensuite à agir.

Si nous avons tendance dans la société occidentale à mettre en avant les grands orateurs et/ou les personnes qui s’imposent par la voix, les personnes introverties se démarqueront eux, par une écoute active. Nous retrouvons de nombreux introvertis dans les métiers du conseil, de l’aide à la personne et de l’insertion. 

2. Les introvertis ont un meilleur niveau d’activité cérébral et une meilleure créativité

Les introvertis sont des personnes qui réfléchissent avant d’agir. Elles ont ainsi besoin d’un espace propre à eux, de calme et de silence pour pouvoir se sentir bien. De même, dans le cadre professionnel, ces personnes seront plus efficaces dans un climat harmonieux.

Dès lors, une erreur des extraverties est de vouloir changer cet état d’esprit alors qu’il faudrait au contraire, valoriser cette nécessité. C’est ce que l’on voit notamment  dans les activités sociales. On dit rarement à un extraverti “Ne vas pas à la fête, il y’a trop de monde et ça va se finir tard, il faudrait que tu lises un livre”, mais on dit  plus souvent à un introverti “Reste à la fête, ne soit pas associable ” ou encore “Tu pars maintenant ? Tu es un pyjama !”

Peut-être que vous vous reconnaissez des personnes qui agissent de la sorte ? Dans notre société occidentale, nous avons tendance à mettre trop souvent en avant les extraverties et leurs activités sociales (ce qui n’est pas mauvais en soi) au détriment des introvertis. En fait, tout est question d’équilibre, de proportionnalité. Nous avons besoin des deux pour créer un vivre ensemble plus harmonieux.

Etre introverti, c’est aussi être créatif. Le fait de réfléchir, d’avoir de nombreux moments pour soi et de penser les choses permet de développer l’imaginaire, les idées et ainsi la créativité.

Nous pouvons citer de grands personnages historiques et créatifs comme John Lennon, JK Rowling, J.R Tolkien ou encore Pablo Picasso. D’ailleurs, la plupart des écrivains peintres ou encore photographes sont introvertis.

La créativité apparaît également dans le monde des idées et de la politique. Si nous pouvons citer Montaigne, Jean-Jacques Rousseau ou Gandhi, n’oublions pas Bouddha, Moïse ou Jesus qui ont développé leurs idées (que l’on soit d’accord ou pas) pour être en mesure de les offrir au monde.

3. Les introvertis parlent avec conviction

Si les introvertis parlent moins que les personnes extraverties, ils s‘expriment généralement avec conviction sur les sujets qui les intéressent.

Ils ne sont pas forcément intéressés par les discussions du quotidien, par les échanges de banalités qui peuvent les ennuyer. Au contraire, ils préfèrent la profondeur des idées et ont besoin de choisir leur interlocuteur.

Si cela est respecté, il sera plutôt facile d’avoir des échanges intéressants avec eux. De toute façon, un introverti aura des facilités d’écoute ce qui peut mener à des échanges de qualité.

4. Des êtres calmes, autonomes et pacifiques

Les introvertis ne sont pas à l’aise avec les conflits. C’est d’ailleurs un reproche qui leur est souvent fait. Ils préfèrent la diplomatie qu’aux grandes joutes verbales et de dispute et préféreront se retirer pour analyser la situation plutôt que de faire exploser leur colère devant tout le monde.

Bien sur, tout dépend du contexte et des personnalités propre à chacun. Il se peut que la personne introvertie déchante, mais cela ne sera pas dans sa nature originelle.

D’autre part, les introvertis sont autonomes dans leurs actions. Ils aiment travailler seuls, en indépendance et sont fiers de montrer leurs résultats à autrui une fois le projet terminé. Ce travail en autonomie permet une meilleure concentration et ainsi, d’être plus efficace (les personnes extraverties sont davantage sensibles aux stimuli extérieurs comme les réseaux sociaux…).

5. quelques traits de caractère des personnes introverties:

Voici quelques traits de caractères qui permettent de valoriser les introvertis : 

  • Ils préfèrent entreprendre une seule chose à la fois.
  • Sont à l’écoute des autres.
  • Aiment parler de ce qui les intéresse.
  • Réfléchissent avant d’agir et prennent du temps pour prendre la meilleure décision possible.
  • Sont remplis d’idées, d’images, de souvenirs et ont une vie intérieure riche.
  • Posent des questions réfléchies et entretiennent des conversations de qualité.
  • Ils sont davantage concentrés sur leurs tâches et sont amenés à réaliser de grandes choses.
  • Aiment sortir et pratiques de nombreuses activités, mais dans le respect de leur personnalité.
  • Ils aiment les diner en tête à tête.
  • Ce sont des êtres principalement joyeux de l’intérieur.

Source : Jobat 

Conclusion  :  Pour conclure, si nous avons exposé certaines qualité des personnes introverties, c’est principalement pour contrebalancer la valorisation que l’on donne aujourd’hui aux extravertis. Tout est question d’équilibre, des facteurs sociaux ainsi que de son entourage.

Tout est dans l’acceptation, l’ouverture à autrui, à des personnalités différentes, sans jugement, à recevoir ce qui est bon de chaque personne. C’est un travail sur soi qu’il est intéressant d’opérer pour contribuer à une société plus harmonieuse.

Enfin et pour terminer, je vous présente une vidéo poignante de Susan Clair sur le pouvoir des introvertis. C’est un Ted Talks !

Vidéo Susan Clair : The power of Introverts 

https://www.ted.com/talks/susan_cain_the_power_of_introverts?language=en&utm_campaign=tedspread-sharetrade-b&utm_medium=referral&utm_source=tedcomshare

FICHE PRATIQUE : Comprendre le Test Psychologique – MBTI

 Vous avez entendu parler du test MBTI et vous ne comprenez pas tous les ressorts ? Vous êtes curieux d’en savoir plus et de découvrir plus en détail ce que recoupent le test et les différents types psychologiques ? Cet article est fait pour vous ! Il présente l’origine et la compréhension des types ainsi que les fonctions et l’application concrète dans la vie quotidienne.

Le MBTI : une origine dès 1920

Le médecin psychiatre suisse Carl Jung a rédigé en 1920 un ouvrage complet s’intitulant “les types psychologiques”  permettant d’analyser les tendances comportementales des individus.

 Il a ainsi classé trois axes :

  1. L’énergie,
  2. L’observation,
  3. La prise de décision.

Dans les années 1950, deux psychologues (Katharine Cook Briggs et sa fille Isabel Briggs Myers) reprennent le travail de Jung avec l’ajout d’un quatrième axe : le comportement des individus dans leur environnement.

Elles ont fait notamment émerger la notion de dynamique des fonctions.

Elles ont également mis au point le MBTI test qui permet de définir une personnalité et ainsi de donner une indication comportementale. Il n’y a ni bien ni mal d’être dans telle ou telle tendance comportementale. C’est une question de compréhension des êtres humains.  

Pour Carl Jung, la règle d’or était qu’il n’y a pas de hasard dans nos comportements.

C’est comment nous sommes construits psychologiquement qui vont déterminer notre comportement. 

Ainsi, si l’environnement demande à l’individu d’avoir un certain type de comportement et si ça correspond à sa préférence, il est dans sa zone de confort. A l’inverse, il sera dans une zone d’effort. L’individu peut s’adapter à condition de le vouloir.

2. Le MBTI : quatre axes 

Le premier axe concerne l’orientation de l’énergie :

  1. L’extraverti (E) tire son énergie du monde extérieur. Les extravertis sont à l’aise à l’oral. Ils sont dans l’action puis après dans la réflexion (ils parlent et réfléchissent en même temps). Ce sont des personnes spontanées, parfois impulsives.
  2. L’introverti (I) tire son énergie du monde intérieur. Il réfléchit avant de parler, et notamment des sujets qui l’intéresse. La réserve de l’introverti ne veut pas dire timidité.

Nous avons forcément une préférence entre les deux déclinaisons.

Nous sommes soit E soit I. 

Deuxième axe : Comment j’observe ? 

  1. La sensation (S) concerne des individus analytiques, intéressés par les faits, réalistes et pratiques. Ils raisonnent par étape avec des méthodes éprouvées.
  2. L’intuitif (N) possède une vision globale du monde. Le détail ne l’intéresse pas et il porte son attention sur le champ des possibles. Il est attiré par la nouveauté et il est imaginatif.

Nous sommes donc soit S, soit N. 

Troisième axe : prise de décision :

  1. La pensée logique concerne des personnes justes, fermes sceptiques, critiques et honnêtes : cause à effet. Elles ne se laissent pas influencer.
  2. La pensée sentimentale est liée à une prise de décision découlant des valeurs personnelles. Les personnes sont emphatiques, chaleureuses, tournées vers les autres. Elles sont en recherche d’harmonie en évitant les conflits.

Nous sommes donc soit T, soit F.

Quatrième axe apporté par Myers Briggs :

  1. Le jugement (structure) concerne des personnes qui classent,  qui établissent des plannings et qui sont dans la prévision. En règle général, elles anticipent tout dans la vie et font des listes pour s’y retrouver.
  2. Perception (adaptabilité) concerne les personnes qui travaillent à la dernière minute (travail sous pression). Elles sont flexibles, adaptables, souples, capables d’improvisation et font tout au dernier moment.

Nous sommes donc soit J, soit P.

Conclusion : Nous nous constituons d’un “profil de personnalité en 4 lettres”. 

3. Le MBTI : Aller plus loin avec la dynamique des fonctions

Maintenant, nous allons nous intéresser à la dynamique des fonctions. Elle concerne les axes 2 (sensation S et intuition N) et 3 (pensée logique T et sentimentale F).

A l’inverse, elle ne concerne pas les axes 1 et 4.

Exemple : Si on demande à un extraverti de devenir introverti, ce sera impossible. Idem pour l’axe 4, on peut difficilement demander à quelqu’un de structuré de devenir flexible. 

La dynamique des fonctions permet des ajustements comportementaux. Autrement dit, nous avons des moyens d’action sur l’axe 2 et 3, c’est-dire qu’on peut développer une pensée logique si on a une pensée sentimentale.

Détail de la dynamique des fonctions :

Fonction dominante (introvertie ou extravertie en fonction de son premier axe) :

Si nous sommes introvertis (I), notre fonction dominante sera introvertie et si nous sommes extravertis, notre fonction dominante sera extravertie. C’est la première fonction, de l’enfance. C’est la fonction préférée du type que s’en sert depuis tout petit. Elle écrase le reste des fonctions. 

Exemple : Je suis INFJ, ma fonction dominante sera introvertie et concernera le sentiment (S). Mais si je suis INFP, ma fonction dominante bien qu’elle soit introvertie concernera l’intuition (N). De même, si je suis ESTP, ma fonction dominante sera extravertie car je suis (E).

 La dynamique des fonctions permet de résoudre des difficultés pour choisir entre deux types apparement proches (INFP et INFJ). 

Fonction auxiliaire (introvertie ou extraverti en fonction de son premier axe) :

Elle est la pendante de la fonction dominante. Si nous sommes (INFJ) notre fonction auxiliaire sera extravertie pour compenser la fonction dominante introvertie. De même, si la dominante concernée l’axe 3 (sentiment), la fonction auxiliaire concernera l’axe 2 (intuition). Cette fonction se développe durant l’adolescence.

Exemple : Pour reprendre la différence entre INFJ et INFP. Si je suis INFJ, ma fonction dominante introvertie est sentiment (S) et donc ma fonction auxiliaire extravertie sera intuitive (N). Mais si je suis INFP, ma fonction dominante introvertie est intuitive (N) tandis que ma fonction auxiliaire extravertie est sentimentale (S). 

Fonction tertiaire (l’inverse de l’auxiliaire) :

C’est une fonction développée à l’âge adulte et complémentaire de l’axe de la fonction auxiliaire. Si je suis un extraverti intuitif, je serai donc un introverti sensitif.

Fonction inférieur (l(inverse de la dominante) :

C’est la source de difficultés et le potentiel de croissance qui survient vers 40 ans. Elle est intéressante car elle permet d’avoir un contrôle d’action sur ses quatre fonctions et d’équilibrer la fonction dominante.

Exemple global :

Si je suis ESFJ, je suis extraverti (E). Ma fonction dominante extravertie est la pensée sentimentale (F). Ma fonction auxiliaire introvertie est la sensation (S). La fonction tertiaire extravertie est l’intuition (N). Enfin ma fonction inférieure introvertie est T. 

Robin Alves